Logo
Logo
  • Accueil
  • Actualités
  • Le Centre de Recherche en Biodiversité du Barcarès, Une Expérimentation Scientifique Majeure à Échelle Européenne

Le Centre de Recherche en Biodiversité du Barcarès, Une Expérimentation Scientifique Majeure à Échelle Européenne

Sublimo2 Après un accord signé entre la municipalité du Barcarès et l’Université de Perpignan Via Domitia, le projet de suivi de la biodiversité des post-larves de poissons en Méditerranée Nord Occidentale (SUBLIMO) s’est installé au printemps dernier chez nous. En effet, le 18 mars dernier, aux côtés de mes élus dont Georges Badie, adjoint aux Affaires portuaires, et le directeur du port, Sylvain Cauneille, nous accueillions les équipes de la société montpelliéraine Ecocean pour la mise en place de 33 « Biohuts », mini-récifs artificiels fixés aux quais et pontons du port du Barcarès. Sélectionné aux côtés de 6 ports pilotes en France, le site du Barcarès permet également un suivi tout particulier dans le cadre des études qui seront menées par le Centre de recherche sur la biodiversité marine et les écosystèmes, piloté par le chercheur et professeur à l’UPVD Philippe Lenfant.  Un point presse était organisé par Philippe Lenfant Jeudi 4 Juillet, coordonnateur du projet SUBLIMO et le Parc National Marin du Golfe du Lion, au terme de la première année de recherches.    Un algéco fourni par Ecocean avait été installé près de la capitainerie il y a maintenant un an où de l’eau de mer naturellement riche en post-larves (très petits poissons) ont été mis dans des aquariums pour leur permettre de grandir dans le centre de recherche en biodiversité du Barcarès qui a ouvert après les travaux engagés par la municipalité pour accueillir l’équipe de chercheurs. Le but du projet est la réintégration des petits poissons dans le milieu marin afin de leur permettre de poursuivre leur croissance. Parmi les personnes présentes jeudi dernier, le directeur du Parc Marin Paul Mignon, Michel Py maire de Leucate, des élus du Barcarès, Philippe Lenfant, Maître de Conférences EPHE, Associate professor, laboratoire CEFREM (environnements méditerranéens) – UPVD-CNRS  qui avait décroché ce projet européen LIFE+ en collaboration avec l’Université de Corté (Dr Sylvia Agostini), une partie des chercheurs engagés sur le projet, Marc Planas prud’homme des pêcheurs et président du comité local des pêches ainsi que moi-même. Depuis avril 2013, les locaux du centre de recherche ont été aménagés sur le site de l’ancien France Telecom. Sur deux étages, ils accueillent au rez-de-chaussée la salle des aquariums et du matériel de plongée, et à l’étage les bureaux et salles de recherche. Le projet LIFE+ SUBLIMO propose une nouvelle approche pour analyser, suivre et réduire la perte de la biodiversité marine. Il cherche à identifier et à estimer l’abondance des espèces de poissons côtiers qui reviennent coloniser les habitats côtiers et renouvellent la population locale.  L’attention est portée en particulier sur la biodiversité au stade post-larvaire. En effet, le taux de mortalité est très élevé à ce niveau. Ainsi, pour pallier ce taux de mortalité de plus de 90 % à ce niveau de croissance, SUBLIMO extrait du milieu naturel des espèces de poissons au stade post-larvaire. Attrapées vivantes, les espèces sont élevées pendant trois mois dans la nouvelle station marine du Barcarès, avant d’être relâchées en mer au stade juvénile, avec une chance de survie largement accrue, un petit nombre d’espèces de poissons en danger ou surexploités au stade post-larvaire seront élevés dans le centre de recherches du Barcarès puis réintroduits dans leur milieu naturel. Le centre permettra également la formation de chercheurs dans ce domaine ainsi que de nombreux échanges inter-universitaires au niveau international. Les pêcheurs professionnels des prud’homies de Leucate et de Saint Laurent de la Salanque-Le Barcarès sont associés au projet et participent donc directement aux phases de repeuplement en capturant les post larves et relâchant sur site les juvéniles élevés en aquarium. Le projet SUBLIMO est une expérimentation scientifique dont l’objectif est d’analyser et réduire la perte de biodiversité marine en Méditerranée. L’un des sites choisi pour l’étude est localisé dans le Parc Naturel Marin du Golfe du Lion, au large du Barcarès. Le secteur de la pêche professionnelle et le Parc Naturel Marin soutiennent ce projet qui, à terme, peut favoriser le développement de la ressource halieutique et être directement transposable à la filière pêche.

Mots-clefs :

Suivez-moi sur facebook :

Permanence :

Alain Ferrand
37 Avenue Annibal
66420 Le Barcarès

Copyright © 2010 - 2013 Alain Ferrand